MAIN-D’ŒUVRE
Les entreprises de travaux agricoles toujours plus sollicitées

L’activité des entreprises de travaux agricoles (ETA) a été portée en 2022 par les prestations saisonnières de services en aviculture et viticulture, selon la FNEDT.

Les entreprises de travaux agricoles toujours plus sollicitées
Concernant les travaux forestiers (exploitation), les effectifs ont augmenté d’un quart, tandis que le nombre d’entreprises s’est réduit de 16 % en 10 ans. ©iStock

Les entreprises de travaux agricoles, ruraux et forestiers (ETARF) ont été particulièrement sollicitées en 2022, selon la Fédération nationale des entrepreneurs des territoires (FNEDT). 147 000 travailleurs salariés et non-salariés ont été mobilisés, soit une augmentation de 13 % entre 2021 et 2022. Cette dynamique a été particulièrement portée par les travaux agricoles (ETA), avec un nombre de contrats en hausse de près de 20 % sur un an (121 000 en 2022), en particulier dans les domaines des prestations de services de main-d’œuvre saisonnière avicole et viticole. À l’inverse, le nombre de travailleurs sylvicoles (reboisement) a poursuivi son recul, qui s’élève à 19 % sur dix ans, tandis que le nombre d’entreprises se réduit de 11 %. Concernant les travaux forestiers (exploitation), les effectifs augmentent d’un quart, tandis que le nombre d’entreprises se réduit de 16 %. En matière de tarifs, l’heure est toujours à l’inflation. Après une flambée inédite des coûts de production en 2022, la moitié des entreprises de travaux ont passé des hausses de tarifs de 12 à 15 % selon les prestations, d’après l’enquête FNEDT réalisée en mai dernier. Si l’année 2024 s’ouvre avec un ralentissement prévisionnel global de la hausse des coûts, « il faut s’attendre à une augmentation des tarifs, entre 6 et 12 % selon les prestations, pour les entreprises qui ont déjà appliqué des hausses en 2022-2023 », indique un communiqué de la fédération.

Actuagri