MOBILISATION
La FNO réclame un plan de réarmement

Les éleveurs de la Fédération nationale ovine ont décidé de frapper fort le mardi 13 février en manifestant avec leurs brebis devant le ministère de l'Économie et des Finances pour réclamer un plan de réarmement pour la production ovine.

La FNO réclame un plan de réarmement
Michèle Boudoin, présidente de la Fédération nationale ovine (FNO), mobilisée avec des éleveurs d'ovins devant le ministère de l'Économie et des Finances, le 13 février dernier. ©SC

Depuis les annonces du Premier ministre, Gabriel Attal, fin janvier, les éleveurs ovins se sentaient floués. Alors que l’exception agricole semblait être brandie comme un objectif enfin atteignable, aucun mot, pas une phrase, pas une intention envers les éleveurs d’ovins. De quoi sérieusement agacée Michèle Boudoin, la présidente de la Fédération nationale ovine (FNO), qui rappelle que « la production ovine est soumise à une multitude d’accords de libre-échange internationaux extrêmement délétères pour la production ovine tricolore. Il est grand temps de mettre un coup d’arrêt à cette accumulation de concessions dans notre secteur, et en parallèle, de protéger notre production de ces importations cumulées par une clause de sauvegarde similaire à celle déclenchée sur la volaille, les œufs et le sucre importés depuis l’Ukraine ». Mondialisée depuis quarante ans, la production ovine a largement fait les frais d’une ouverture des marchés sans aucunes règles de réciprocité (mesures miroirs). Moralité, depuis les années quatre-vingt, le nombre d’éleveurs ovins français a été divisé par quatre. Pour stopper l’hémorragie, la FNO réclame le déclenchement du single Pocket, une procédure européenne qui calcule le montant maximum d’accès au marché pour une production donnée. « On évalue le volume pour le secteur ovin et on regarde si le marché intérieur peut le supporter. Dans le cas où cela est trop élevé, une clause de sauvegarde dont, l’application est immédiate, peut être actionnée », précise la présidente de la FNO.

Installation, sanitaire, prédation…


Second motif de mécontentement des éleveurs ovins, le peu d’ambition sur l’installation et le renouvellement des générations en agriculture. « La production ovine, dans sa grande majorité, ne rentre pas dans les cases des mesures de déplafonnement destinées aux cédants. Notre seul souci aujourd’hui est de trouver des candidats pour reprendre nos exploitations. Force est de constater que nous avons besoin d’un signal fort pour encourager la dynamique d’installation. L’instauration de prêts à taux bonifiés pour les élevages ovins serait un bon début », indique Michèle Boudoin.  Au chapitre sanitaire, là encore, la production ovine se sent lésée quand « les tests PCR liés à la FCO et la MHE coûtent sept fois plus chers pour des ovins que pour des bovins. Nous demandons une adaptation des tarifs à la rentabilité des élevages », poursuit-elle. Sur la prédation, les nouvelles ne sont pas bonnes non plus : « Aucune avancée notoire n’a été obtenue alors que les tirs de défense devaient être facilités et reconnus comme moyen de protection ». Enfin, avec des revenus toujours en berne, les éleveurs ovins demandent une application pleine et entière de la loi Égalim, avec des pénalités financières pour ceux qui ne la respectent pas.
 

Sophie Chatenet
 

Une délégation de la FNO a été reçue par Claire Durrieu, la conseillère chargée de la Transition écologique et énergétique du ministre Bruno Lemaire. ©SC