SANITAIRE
Le forfait vétérinaire, une solution pour les éleveurs ?

Vétérinaires : Quelles solutions pour quel maillage ? a été le thème de d’une journée de réflexion animée par la cellule de surveillance et de soutien du maillage vétérinaire1. Les débats se sont concentrés sur la forfaitisation des soins et du suivi du cheptel.

Le forfait vétérinaire, une solution pour les éleveurs ?
Les vétérinaires d’animaux de fermes sont à peine plus de 3 000 à exercer dans les campagnes. ©iStock-mgstudyo

À l’image des exploitants agricoles, notamment des éleveurs, les vétérinaires connaissent une crise des vocations pour les animaux de rente. Les jeunes praticiens préfèrent s’orienter vers la médecine vétérinaire de ville et des animaux de compagnie, moins contraignante en termes d’horaires, moins fatigante et plus lucrative. En effet, aujourd’hui 85 % des presque 20 000 vétérinaires de France exercent en ville. Les vétérinaires d’animaux de fermes sont à peine plus de 3 000 à exercer dans les campagnes. En face, le nombre d’éleveurs diminue aussi « parce qu’on a abandonné le modèle de la polyculture-élevage au début des années 1990 », a pointé du doigt Pascal Férey, président de la chambre d’agriculture de la Manche. Pour lui, les deux professions sont liées : « pas de véto, pas d’éleveurs et réciproquement », a-t-il tranché.

« Pas un coût, un investissement »

Dans la droite ligne d’un rapport remis en février 2023 à Marc Fesneau2, l’une des solutions pour redonner l’envie de devenir vétérinaire d’animaux de rente pourrait passer par la contractualisation et la forfaitisation. Cette mutualisation des services entre les entreprises vétérinaires permettrait une continuité des soins tout en réduisant, en particulier, la contrainte des gardes. « On n’a moins d’appels d’urgence en raison du suivi régulier du cheptel et du travail de prévention », a expliqué Julien Le Tual, vétérinaire en Ille-et-Vilaine. Individuel ou collectif, le contrat est toujours adapté aux besoins des éleveurs. « Nous sommes quatre vétérinaires pour 130 éleveurs, dont certains de petits ruminants. Nous nous sommes mis d’accord sur les tarifs, les actes. Nous prenons en charge toutes les chirurgies, simples ou complexes. On constate moins d’appels abusifs, surtout le week-end », a indiqué Nicolas Courdent, vétérinaire dans le Rhône. Si le nombre de visite en journée est plus élevé (parfois + 80 %), celui pendant les gardes baissent fortement, d’environ de moitié. « C’est physiquement et psychologiquement important », ont concédé les vétérinaires. Il faut « faire comprendre à l’éleveur que les frais vétérinaires représentent non pas un coût mais un investissement », a ajouté Julien Le Tual. Tout dépend en fait de l’état initial du troupeau. D’une manière globale, et selon Nathalie Bareille, professeure à Oniris Vétagrobio, le gain pour l’éleveur est réel, car « le paramètre le plus important, ce sont les effets de la prévention. Ce sont eux qui ont le plus d’impact ». Ils se ressentent notamment sur l’état général des troupeaux avec une baisse des taux de mortalité et une meilleure production de lait.

« Tout à gagner »

Deux termes sont souvent revenus pendant les débats : la confiance et la sérénité. « En tant qu’éleveur, j’ai gagné en sérénité et je me surprends à dire ‘’À bientôt’’ au vétérinaire alors qu’en règle générale, ce n’est pas très naturel », a témoigné Sébastien Landais, agriculteur en Mayenne. « Les vétérinaires ont une place entière dans mon élevage », a renchéri Charles Fosset président de Jeunes agriculteurs de Bretagne. La forfaitisation des soins et du suivi peut être un facteur d’attrait et de fidélisation pour les jeunes vétérinaires. Certes « on a tout à gagner que ce soit en contrat collectif ou individuel », a martelé Nicolas Courdent. Mais elle ne fait pas tout, ont modéré certains intervenants. « Il ne faut pas oublier l’environnement de l’installation des jeunes vétérinaires qui recherchent une vie sociale en milieu rural : un bassin d’emploi pour le conjoint, des écoles, collèges pour les enfants, des lieux de loisirs… », a soutenu Pascal Ferey. Il reste aussi à généraliser ce type de forfaitisation aux autres formes d’élevage. Car celles qui se sont le plus multipliées ces dernières années, se sont concentrées sur les élevages laitiers.

(1) Cette cellule est composée de Chambres d’agriculture France, de la FNSEA, de l’association des Groupes de défense sanitaire de France (GDS France), du Conseil national de l’ordre des vétérinaires (Cnov), de la Société nationale des groupements techniques vétérinaires (SNGTV), du Syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral (SNVEL), des représentants de collectivités locales et du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire.
(2) « Maintenir un maillage vétérinaire au service de l’élevage et de la santé publique »

Christophe Soulard

 

Santé animale

Vétérinaires / Avertissement de la Commission européenne

Fin avril, la Commission européenne a enjoint la France « de se conformer aux règles de l’UE en matière de libre circulation des entreprises vétérinaires et des vétérinaires ». Autrement dit d’assouplir ses règles relatives à l’installation des vétérinaires étrangers. En effet, nombreux sont ceux qui investissent dans des cliniques vétérinaires sur notre territoire en s’arrangeant de quelques montages financiers mais sans pour autant pratiquer de médecine sur le territoire. Or, comme l’a confirmé le Conseil d’État dans un arrêt du 10 juillet 2023, l’Ordre des vétérinaires peut ne pas inscrire ou radier une société de vétérinaires étrangers quand bien même ceux-ci détiennent plus de la moitié du capital social d’une clinique. Mais pour la Commission européenne « cette exigence limite en pratique le nombre d’établissements dont un vétérinaire peut être propriétaire et, par conséquent, le nombre de bureaux qu’il peut exploiter ». Pour le Syndicat national des vétérinaires d’exercice libre (SNVEL), « ce n’est que le début d’une longue procédure juridique et de longs débats politiques qui pourraient prendre des années ». D’autres pays comme l’Autriche et la Roumanie sont dans une position identique à la France.